Une cliente a travaillé depuis de nombreuses années pour une association. Elle a ainsi enchaîné des contrats de travail à durée déterminée pour la plupart sans motif. Malgré ses demandes de passer en contrat à durée indéterminée, l'employeur n'a jamais voulu y donner suite. Un jour, l'employeur a indiqué à la cliente qu'il n'aura plus du tout besoin d'elle.

Du jour au lendemain, la cliente s'est donc retrouvée sans emploi et pire, psychologiquement détruite. Maître HERRMANN a donc initié la procédure devant le Conseil de Prud'Hommes de POINTE A PITRE pour demander la qualification du CDD en CDI avec dommages et intérêts.

L'employeur s'est défendu bec et ongles, mais Maître HERRMANN a pu recentrer le débat sur les dispositions légales qui stipulent clairement qu'un contrat à durée déterminée « quel que soit son motif, ne peut avoir ni pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise.”

Le Conseil de Prud'Hommes de POINTE A PITRE a donné raison à Maître HERRMANN et l'employeur a été condamné à des dommages et intérêts. La cliente a donc pu regagner un peu de sa dignité.